Grand rendez-vous des amis de Th.Sabine


 
Les infos du Grand rassemblementAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ex-Elby



Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES   Dim 18 Mar - 16:49

Gary Carrera, spécialiste de la rénovation des motos à Sète, assurait la maintenance des BMW blanches d'Auriol, Fenouil et Niemer dans l'édition 1981.
" Le problème numéro 1 sur Paris-Dakar martelait Gary à l'arrivée,c'est le réservoir". Il ne s'est pas passé un jour que nous n'ayions eu à le ressouder.
Je ne le dis passeulement pour nous, toutes les machines de toutes les marques posent des problèmes.
"Comprenez: il s'agit d'un accessoire supplémentaire lourd, perché haut, compliqué à fixer. Celui des BMW tient 48 litres. Plein, ça fait 60 kg. Le pilote a comme un sac de ciment entre les jambes. Imaginez le " splatch" quand la bécane pique dans un trou et quand elle retouche après s'être envolée sur une bosse".
Chaque nuit,les mécaniciens des teams motos vidaient les réservoirs, les dégazaient, soudaient les pattes défaillantes.
Au pied du podium, à Dakar, les problématiques réservoirs tenaient avec des sangles.

LES CHAUSSETTES DU MOTARD

Le Paris-Dakar fonctionna comme un aimant pour les célébrités établies ou soi disant émergeantes.Le magnétisme opéra aussi pour l'argent.
Privé ou institutionnel, l'investisseur" dans le coup" catalogua ce rallye "bon pour ma notoriété".

En 1982, la défaillance au dernier moment de Paris Match pour la couverture médiatique du Rallye fit le bonheur d'un autre hebdomadaire qui s'empressa de prendre la relève. " Le point".
En 1985, il arriva à Thierry Sabine de visiter le bivouac à moto, pas seul. Une quadragénaire en tenue de ville sur le tansad. Mme Faure,la passagère patronne des chaussettes Olympia, parrainait l'épreuve cette année là.
L'entreprise familiale de Romilly-sur-Seine, dans l'Aube, employait 1200 salariés qui produisaient 37 millions de paires de chaussettes par an.

Précédemment, Mme Faure avait exercé son mécénat en faveur de la transat à la voile. Ses chaussettes avaient officiellement assuré le confort d'extrémites sollicitées à l'extrème et mondialement célèbres. Les pieds de Michel Platini, les pieds de John Mc Enroe.

Sur le Paris-Dakar 85, le logo Olympia apparaîssait associé à un motard sur la piste. Mme Faure concédait que le garçon sous son casque pensait à autre chose qu'à ses accessoires vestimentaires.

A+
Dominique Faivre-Duboz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeff



Nombre de messages : 30
Age : 48
Localisation : Roanne 42
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES   Dim 18 Mar - 23:03

Excellentes, ces infos sur gary Carrera!!!!
Juste pour mettre un visage sur un nom, voici une photo de Gary avec Fenouil au départ en 1980:



Tout le monde s'accordait à dire que c'était un excellent mécanicien mais surtout un vrai "Mac Gyver" capable de réparer les motos en Afrique avec des ...riens. L'ancdote confirme bien cette réputation!!!!
A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dakardantan.com/
ex-Elby



Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES   Dim 18 Mar - 23:38

Merci Jeff de cette documentation bien à propos, c'est super
c'est le sac sans fond aux trésors

Françoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DOMINIQU
Invité



MessageSujet: BRONZAGE ARTIFICIEL SOUS LES TROPIQUES   Mar 20 Mar - 0:20

Pour financer leur Paris-Dakar, les particuliers frappaient à toutes les portes.
D'innombrables concurrents collèrent sur leur 4x4 le sticker de la discothèque du coin ou du supermarché le plus proche de leur domicile.
Des Allemands, convainquirent un sponsor inattendu, s'agissant d'une chevauchée contre la montre Afrique.
L'unimog de l'équipage Capito-Capito vainqueur catégorie camion de l'édition 1 985 arborait sur sa bâche, de chaque côté, une publicité de 3 mêtres de long, pour les solariums d'appartements Reiffenberg.

Le bronzage chez soi sans soleil, vanté dans les immensités Africaines d'une part, tropicales d'autre part et à court d'électricité domestique: délirant.

L'exploit en dit long sur l'impact du Paris-Dakar de Thierry Sabine dans les bureaux des décideurs, de ce côté de la méditerranée.

DFD
Revenir en haut Aller en bas
exelby
Invité



MessageSujet: LE PLUS DUR C'EST LE DERNIER JOUR   Sam 31 Mar - 22:55

A peine arrivé sur la plage en 1985 Gilles Picard avait sauté dans l'avion pour Paris.
"Auriol m'avait proposé 8 jours de vacances à Dakar" dit-il " j'ai refusé. Au dernier breefing Sabine avait prévenu: les bronzés vous attendent. Vous allez retrouver la civilisation. C'est fini.
Vous allez souffrir".
Il avait raison. Le plus dur, c'est le dernier jour. Le plongeon dans la ville. Il faut dire qu'après ce qu'on a vu.....
L'Afrique noir, je ne connaissais pas. J'ai trouvé fabuleux.
Les paysages fascinants s'enchainent.
Le rallye avance très vite, finalement, 800 Klm par jour.
Vous passez du lunaire à la forêt de baobabs.

L'ULTIME VENT DE SABLE

L'Afrique lui avait donné un avertissement en Janvier 1978.
Sept ans plus tard, elle ne montra pas la même bienveillance.

La 14 Janvier 1986 en soirée, son hélicoptère blanc dont l'approche attirait les foules dans les villages et à proximité des lignes d'arrivées d'étapes, son hélicoptère affronta le vent de sable du côté de Gourma au Mali. Le choc contre une dune disloqua l'appareil.
aucun occupant ne survécu. Accompagnaient Thierry Sabine dans son dernier survol du désert, Nathalie Odent, journaliste, Jean le Fur, technicien radio, Daniel Balavoine ainsi que le pilote François Xavier Bagnoud.

Du 14 au 23 Janvier le Paris-Dakar orphelin, accablé, poursuivit sa marche
jusquà la dernière ligne du road-book.
L'accablement laissa la plupart sans voix.

A demain.

DFD.

Revenir en haut Aller en bas
exelby
Invité



MessageSujet: L'AFRIQUE RACONTEE AU FOND DE SES YEUX   Dim 8 Avr - 21:38

L'AFRIQUE RACONTEE AU FOND DE SES YEUX
.
Certains trouvèrent aussitôt les mots justes pour résumer ce qu'ils devaient à Thierry Sabine.
Ce que l'époque allait retenir du personnage météorique.

Françoise Elby concurrente 1985 sur Mitsubishi Pajero:" Il nous emmenait où l'on ne serai jamais allés. Où personne n'avait aventuré un véhicule. Il nous a fait découvrir des paysages sublimes qui échappent au touristes. Cette année il a plongé les concurrents dans un décor absolument éblouissant: les grandes dunes d'agadem. Dans de pareils paradis, vous ne vous risquez pas seul. Pas sans assistance, pas sans hélicoptère qui veille sur vous".
Bernard Didelot, président d'Africatours: " Il y a un proverbe Africain qui dit:" l'Amitié n'a pas besoin de poivre pour pleurer". Je citerai aussi le dicton Persan:" Notre vrai tombeau n'est pas dans la terre, mais dans le coeur des hommes".
Jean-François Didelot, fils de Bernard et concurrent du Paris-Dakar 1984:"Il n'est plus là pour raconter l'Afrique au fond de ses yeux".
L'Abbé François Fouquet,curé de Saint-Augustin à Paris:" Il avait inventé une aventure ou nous nous découvrions plus vivants et meilleurs que d'habitude. Une aventure où il faut se battre avec sa machine au lieu de se laisser mener par elle:

Thierry Sabine n'est pas tombé, il est monté".

Revenir en haut Aller en bas
exelby
Invité



MessageSujet: MATERNITE THIERRY SABINE   Mer 11 Avr - 22:24

Les Africains le vénéraient jusqu'à l'accaparement.
Lui,son dernier geste d'amitié lui a peut-être coûté la vie.
Il avait promis de donner le coup d'envoi d'un match de foot dans l'après-midi. Le match retardé avait aussi retardé le décollage de son hélicoptère. C'était dans l'après-midi du 14 Janvier 1986.

Les Africains lui ont rendu le plus bel hommage que puisse espérer un homme après sa mort.

Près du lac Rose au Sénégal se dresse un bâtiment pimpant:
LA MATERNITE THIERRY SABINE

Revenir en haut Aller en bas
LOIZEAUX raymond



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: oui   Jeu 6 Déc - 20:59

exelby a écrit:
Les Africains le vénéraient jusqu'à l'accaparement.
Lui,son dernier geste d'amitié lui a peut-être coûté la vie.
Il avait promis de donner le coup d'envoi d'un match de foot dans l'après-midi. Le match retardé avait aussi retardé le décollage de son hélicoptère. C'était dans l'après-midi du 14 Janvier 1986.

Les Africains lui ont rendu le plus bel hommage que puisse espérer un homme après sa mort.

Près du lac Rose au Sénégal se dresse un bâtiment pimpant:
LA MATERNITE THIERRY SABINE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ex-Elby



Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES   Sam 8 Déc - 21:11

Bonjour Raymond, ce n'est pas moi qui ai écrit tout les chapitres de cette

page, mais Dominique Faivre-Duboz journaliste automobile à l'Est

Républicain

Il a suivi les Dakar de 83 à 86, c'est un bon lui aussi



Qui c'est ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES   Aujourd'hui à 22:49

Revenir en haut Aller en bas
 
UN SAC DE CIMENT ENTRE LES JAMBES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la il faut en avoir entre les jambes!!!!!
» PHARMACIE : vergetures entre les jambes
» irritation entre jambes HELP
» Chute au 1er tour du bol d'or 2005
» Putting pas conventionnel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grand rendez-vous des amis de Th.Sabine :: Grand rendez-vous des amis de Th.Sabine-
Sauter vers: